sédition


sédition

sédition [ sedisjɔ̃ ] n. f.
• 1209; lat. seditio
Révolte concertée contre l'autorité publique. « on ne trouve qu'une sédition à Gand, en 1536, aisément réprimée, sans grande effusion de sang » (Taine). agitation, insurrection, révolte. Sédition militaire. pronunciamiento, putsch. « L'esprit de sédition contre les doctrines religieuses et monarchiques » (Balzac). 3. fronde, indiscipline.

sédition nom féminin (latin seditio) Autrefois, soulèvement concerté et préparé contre l'autorité établie. (Il s'agissait d'un crime contre la sûreté de l'État.) Aujourd'hui, attentat, complot, mouvement insurrectionnel. ● sédition (synonymes) nom féminin (latin seditio) Autrefois, soulèvement concerté et préparé contre l'autorité établie.
Synonymes :
- émeute
- rébellion
- révolte

sédition
n. f. Révolte, soulèvement prémédités contre l'autorité établie. Les meneurs d'une sédition.

⇒SÉDITION, subst. fém.
Soulèvement concerté contre l'autorité établie. Synon. agitation, discorde, émeute, insurrection, mutinerie, pronunciamento, putsch, rébellion, résistance, révolte. Sédition militaire, populaire, révolutionnaire; affreuse, déplorable, sanglante sédition; acte de sédition; flambeau, vent de la sédition; apaiser, calmer, écraser, étouffer, exciter, fomenter, réprimer une sédition. Le mot de liberté passe presque pour un cri de sédition; on persécute, on calomnie ses plus zélés défenseurs (ROBESP., Discours, Guerre, t. 8, 1792, p. 91). À peine promulguée, la première ordonnance, qui abolissait la liberté de la presse, instrument de désordre et de sédition, souleva une tempête de protestations (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 16).
P. anal. Sédition corporelle. Agitation, trouble du corps, lorsqu'il est saisi par une émotion. L'émotion joint sans distance le choc de la pensée et la sédition corporelle dans cette continuité vitale de l'âme et du corps (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 256).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: sedition; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. [1209 BL.-W.3-5]; 1213 sedicion ne noise (Fet des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 730, ligne 4). Empr. au lat. class. seditio « id. », comp. de sed- marquant la séparation et de -itio, action d'aller, formé sur le supin itum de ire « aller ». Fréq. abs. littér.:137. Bbg. DUB. Pol. 1962, p. 417. — QUEM. DDL t. 11. — VARDAR Soc. pol. 1973 [1970] p. 306.

sédition [sedisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1209; lat. seditio, de sed- marquant la séparation, et itum, supin de ire « aller ».
Révolte concertée contre l'autorité publique. Agitation, insurrection (cit. 1), révolte. || Sédition populaire (→ Infailliblement, cit. 1), militaire. Pronunciamento, putsch (→ Dictature, cit. 1). || Esprit de sédition. Indiscipline (→ Libéralisme, cit. 1).
0 (…) les révoltes meurtrières, les guerres sanglantes de ville à ville et de corporation à corporation se sont apaisées; on ne trouve qu'une sédition à Gand, en 1536, aisément réprimée, sans grande effusion de sang, dernière et faible secousse, qu'on ne peut point comparer aux formidables insurrections du XVe siècle.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 26.
Par métaphore. || « Le dedans n'est que trouble et que sédition » (→ Dehors, cit. 14, Corneille).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sedition — se·di·tion /si di shən/ n [Latin seditio, literally, separation, from sed apart + itio act of going, from ire to go]: the crime of creating a revolt, disturbance, or violence against lawful civil authority with the intent to cause its overthrow… …   Law dictionary

  • sedition — SEDITION. s. f. Emotion populaire, souslevement contre la puissance legitime. Grande, furieuse, horrible sedition. durant la sedition. cela est capable de faire sedition. esmouvoir, exciter, allumer, fomenter, entretenir la sedition. appaiser,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sedition — sedition, treason are comparable when they mean an offense against a state to which or a sovereign to whom one owes allegiance. Sedition applies to conduct that is not manifested in an overt act but that incites commotion and resistance to lawful …   New Dictionary of Synonyms

  • Sedition — Se*di tion, n. [OE. sedicioun, OF. sedition, F. s[ e]dition, fr. L. seditio, originally, a going aside; hence, an insurrectionary separation; pref. se , sed , aside + itio a going, fr. ire, itum, to go. Cf. {Issue}.] 1. The raising of commotion… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • sedition — Sedition, Seditio. Faire sedition en une cité, Seditionem in ciuitatem inducere. Esmouvoir sedition, Seditionem facere, conflare, concitare, commouere. Tascher à esmouvoir quelque sedition, Quaerere locum seditionis. S addonner à faire seditions …   Thresor de la langue françoyse

  • sedition — [si dish′ən] n. [ME sedicion < OFr < L seditio < sed , apart (see SECEDE) + itio, a going < ire, to go: see YEAR] 1. the stirring up of discontent, resistance, or rebellion against the government in power 2. Archaic revolt or… …   English World dictionary

  • Sedition — (v. lat. Seditĭo), Empörung, Aufstand; daher Seditios, aufrührerisch, unruhig; Seditiosität, Empörungs , Aufwiegelungssucht …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sedition — (lat.), Empörung; seditiös, aufrührerisch …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sedition — (lat.), Empörung, Aufstand; seditiös, aufrührerisch …   Kleines Konversations-Lexikon

  • sedition — (n.) late 14c., rebellion, from O.Fr. sedicion, from L. seditionem (nom. seditio) civil disorder, dissention, lit. a going apart, separation, from se apart (see SECRET (Cf. secret)) + itio a going, from pp. of ire to go (see …   Etymology dictionary